Mang'Impressions : Chroniques de lectures de mangas

Twinkle Stars, la petite mélodie réconfortante des étoiles

Ecrit par David le 20 février 2013

Twinkle Stars - Tome 11Rejetée par ses parents suite à leur séparation, Sakuya habite seule avec l’autre paria de sa famille, son cousin Kanade. Celui-ci vit reclus chez lui depuis quelques années. Le quotidien de la jeune fille s’articule autour de cette cohabitation atypique, ainsi que de la présence très protectrice de ses amis de lycée, Yuuri et Sei. Toutefois, son anniversaire lui réserve une surprise qui vient chambouler cette routine. Par un concours de circonstances, Chihiro, un mystérieux jeune homme, s’invite au tête à tête tranquille de Sakuya et de son cousin. Ses paroles de réconfort bouleversent la jeune fille et lui offrent les mots qu’elle attendait depuis si longtemps. Ce faisant, il s’invite également durablement dans son cœur. Mais Sakuya n’est pas au bout de ses peines avec cet individu secret et difficile à aborder.

Après l’immense réussite de Fruits Basket, Twinkle Stars marque le retour de Natsuki Takaya. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les onze volumes qui composent le titre ne nous prennent pas au dépourvu. En effet, la mangaka s’inscrit dans la lignée directe de son précédent succès et en reprend la recette, le surnaturel en moins. De nouveau, elle se focalise sur un groupe de personnages, plus restreint que dans Fruits Basket, sur leur quotidien, cette fois-ci ordinaire et réaliste, et tout particulièrement sur leurs tourments et leurs conflits intérieurs. La romance y a évidemment toute sa place, de même que l’humour, bienvenu pour éclaircir un récit plutôt sombre.

Effectivement, la couleur du manga est fortement empreinte de la part de noirceur qui habite beaucoup des personnages de Twinkle Stars. D’abord sous-jacente, celle-ci s’exprime pleinement lors des mises en avant dont ils bénéficient tour à tour. En effet, tout au long de la série, Natsuki Takaya se focalise sur chacun d’eux et détaille le malaise dont il souffre, ainsi que ses origines. C’est l’occasion de passages introspectifs, entrecoupés d’analepses, extrêmement poignants. Comme dans Fruits Basket, l’auteure excelle dans la description de la psyché de ses personnages et dans la manière de nous faire ressentir les sentiments forts qui les habitent. Ces plongées dans leur intériorité s’avèrent donc bouleversantes, violentes même parfois, d’autant que certains d’entre eux traînent derrière eux un passé très lourd.

En effet, à l’origine des souffrances de Sakuya, de Chihiro et des autres, se trouve bien souvent une relation conflictuelle, pour ne pas dire plus, avec leurs parents. Omniprésent, ce thème, et tout particulièrement les conséquences sur les enfants du comportement de leurs géniteurs, apparaît comme la véritable clé de voûte de l’intrigue de Twinkle Stars. Parents absents, parents oppressants, parents indifférents, parents violents même, et, de manière générale, parents insatisfaits pour qui l’enfant est l’exutoire de toute une vie de frustration, le tableau peint par Natsuki Takaya n’est pas joyeux. Les situations décrites sont dures, d’autant qu’elles concernent des adolescents. Toutefois, malgré une accumulation de malheurs, la justesse des personnages et le réalisme des situations rendent l’auteure très convaincante dans son propos. Son récit n’en fait que plus froid dans le dos. Cela accentue aussi notre empathie pour les protagonistes et notre intérêt pour le manga, l’envie de les voir jouir d’une vie meilleure étant constante à la lecture. De plus, la mangaka sait aussi faire preuve de nuance.

Parmi les soutiens dont bénéficient ces enfants maltraités au plus profond d’eux-mêmes, et notamment dans leur entourage familial, on trouve ainsi des adultes aimants, protecteurs et réconfortants. Selon les cas, ils peuvent avoir le rôle du grand frère ou celui de parents de substitution. Par l’amour avec lequel ils entourent nos héros et par les efforts qu’ils déploient pour les soutenir, ces figures fortes s’opposent aux parents indignes que Natsuki Takaya dénonce dans son œuvre. Elles contrebalancent également la noirceur véhiculée par le passé torturé de ses jeunes héros. Les liens qui se nouent entre les adolescents vont également dans ce sens. Amitié et amour leur offrent tout le réconfort et la force dont ils ont besoin pour surmonter leurs difficultés. De plus, leur courage et leur volonté font chaud au cœur et nous offrent une jolie leçon de vie. Malgré tout ce qu’ils ont vécu, ils ne se laissent jamais abattre et réussissent à voir la vie du bon côté.

Enfin, je tiens à souligner la qualité du scénario de Twinkle Stars. Bien tenue, l’histoire ne connaît aucun temps mort. Ainsi, chaque épisode, chaque élément de l’intrigue, même le plus anodin, a son importance, son rôle à jouer. Il amène une avancée au récit, qu’il s’agisse de la découverte du passé d’un personnage ou d’un pas en avant dans la résolution de son conflit intérieur. Les indices disséminés de-ci de-là et la conclusion de toutes les pistes et situations amorcées confirment cette impression et témoignent de la maîtrise de l’auteure. C’est un vrai plaisir de découvrir un scénario aussi travaillé et bien ficelé. Pour ne rien gâcher, la romance, très belle, et les touches d’humour, toujours réussies, complètent un tableau parfaitement accompli.

Vous l’avez compris, Twinkle Stars m’a fait très forte impression. Ce n’est qu’une demi-surprise après Fruits Basket, mais Natsuki Takaya récidive pour mon plus grand bonheur. Porté par ses personnages attachants, le titre, qui m’a offert une belle brochette de sentiments et m’a remué comme rarement, se dévore de bout en bout. Si j’ai beaucoup attendu avant de découvrir Twinkle Stars, il ne fait aucun doute que je ne patienterai pas aussi longtemps lorsque le prochain travail de l’auteure sera publié en France.

1 commentaire

La revue de presse du 18 au 24 février 2013 | Club Shôjo

Le 5 juin 2014 à 16 h 38 min

[…] Twinkle Stars, la petite mélodie réconfortante des étoiles […]

Ajouter un commentaire