Mang'Impressions : Chroniques de lectures de mangas

Il se fait tard aujourd’hui, alors bonne nuit… Punpun

Ecrit par David le 15 septembre 2012

Bonne Nuit Punpun - Tome 4Une mère qui boit un peu trop, un père violent, les beaux yeux de la jolie Aiko. Comme tous les enfants de son âge, Punpun doit jongler avec son lot de tracas. Mais cela ne l’empêche pas de mener une vie ordinaire. Sur plusieurs années, entre joies, craintes, espoirs et déceptions, Bonne Nuit Punpun est le récit de l’existence de Punpun, ce garçon comme les autres qui fait de son mieux pour trouver sa voie et son petit morceau de bonheur.

Punpun, un garçon comme les autres ? Sous la plume d’Inio Asano, ce n’est pas tout à fait le cas. Effectivement, l’auteur a choisi de les représenter lui et sa famille sous la forme d’espèces de volatiles aux traits grossiers et simplistes. Seul un détail caractéristique, tel que le bonnet de son oncle Yûichi, permet de les distinguer les uns des autres. Évidemment, le choix de cette représentation surprend, au point d’apparaître comme LA caractéristique du manga et sa principale originalité. Elle apporte surtout un grand nombre de bénéfices au regard que nous portons sur l’œuvre au fil de notre lecture.

Tout d’abord, la distinction entre la famille de volatiles et les traits humains des autres personnages crée une séparation nette entre le cocon de Punpun et le reste du monde. Par ce biais, l’auteur nous place subtilement dans la peau de son jeune héros, lui qui est à un âge où, en dehors du cercle familial, tout peut sembler étranger. En donnant vie aux délires et aux inquiétudes de Punpun, l’auteur va même plus loin dans ce processus d’immersion. L’imaginaire et de l’absurde s’invitant régulièrement, le manga réussit le grand écart avec un contexte profondément réaliste et offre une manière fine et pertinente de traduire le regard d’un enfant sur le monde des adultes.

D’autre part, cette représentation originale permet à Inio Asano d’accentuer l’expressivité de ses personnages. En effet, avec ces oiseaux aux traits simplifiés, l’auteur n’a pas besoin de se soucier de réalisme dans les expressions de visages. Au contraire, à de nombreuses reprises, Punpun et sa famille ont des tronches impayables qui viennent illustrer leur état d’esprit du moment. Les traits sont épais, les mimiques exagérées et souvent appuyées par une mise en scène et des effets de style grandiloquents. Au premier abord, on peut s’en amuser, voire s’attacher à ces protagonistes mignons comme tout, comme on se prendrait d’affection pour la mascotte d’un manga ou pour un animal de compagnie. Toutefois, si les apparences prêtent à rire, elles sont surtout trompeuses. En effet, l’aspect de la famille de Punpun est l’occasion d’un habile jeu de contraste entre ces personnages rigolos et une réalité souvent cruelle. Le décalage est perturbant, d’autant qu’Inio Asano nous offre ici une nouvelle chronique sociale désabusée.

Effectivement, derrière ses extravagances graphiques et sa fantaisie apparente, Bonne Nuit Punpun est un récit de l’ordinaire, dans la lignée des titres précédents de l’auteur, tels que Solanin ou Le Quartier de la Lumière. Crédibilisé par le souci du détail qui transparaît en arrière-plan, et habité par des figures d’une grande justesse, le quotidien dans lequel s’ancre le manga est aussi palpable que les émotions qu’il véhicule. Bien appuyée par la qualité du coup de crayon de l’auteur, la peinture est donc une nouvelle fois saisissante et convaincante. De plus, Inio Asano l’accompagne, et peut-être davantage que par le passé, de réelles qualités de conteur et d’un sens du suspense remarquable. Tout en restant dans la banalité de la vie de tous les jours, il nous offre régulièrement des variations de rythme et des accélérations haletantes où l’incertitude et l’attente prennent le lecteur à la gorge et lui font tourner les pages à toute allure.

Le suspense de Bonne Nuit Punpun est également entretenu par les personnages névrosés, dont les actes peuvent être aussi extrêmes qu’inattendus, qui peuplent ses pages. Dans un récit aussi crédible, le malaise qui les habite ne laisse pas indifférent, d’autant qu’il s’accompagne de sujets de société plus graves. Ces thématiques plus sombres nous amènent à nous interroger sur notre propre vie et sur le monde actuel en général. Heureusement, la volonté et le courage de certains des acteurs du récit sont là pour contrebalancer cette noirceur et pour donner une teinte plus positive au manga.

Avec Bonne Nuit Punpun, Inio Asano nous livre sa série la plus longue (10 tomes parus à ce jour au Japon) et poursuit son exploration de la société moderne. Toutefois, s’il reprend la recette de ses précédentes œuvres, il en change sensiblement le dosage, l’agrémente de nouveaux ingrédients et, de ce fait, surprend. Une réussite donc, dont le cinquième tome est attendu le 16 novembre en France.

1 commentaire

Mang'Impressions » 2012 : Le résumé d’une année de lectures de mangas

Le 29 décembre 2012 à 12 h 08 min

[…] Il se fait tard aujourd’hui, alors bonne nuit… Punpun […]

Ajouter un commentaire