Mang'Impressions : Chroniques de lectures de mangas

Tsukihime – Tome 10

Ecrit par David le 3 juin 2011
Tsukihime - Tome 10

Tsukihime - Tome 10

Depuis la fin du combat contre Roa, le quotidien a repris son cours pour Shiki. Le jeune homme connaît des jours paisibles, qui pourraient même être insouciants s’il ne ressassait pas sans cesse les moments passés avec Arcueid. Rongé par la solitude et l’absence de cette dernière, il a perdu le goût pour une vie qu’il traverse désormais comme un fantôme. Réussira-t-il à surmonter sa tristesse ?

Chaleureuse et radieuse, cette magnifique couverture ne reflète que très partiellement la tonalité de ce dernier volume de Tsukihime. En effet, même si elle représente bien le caractère positif d’Arcueid, c’est bien la mélancolie qui prédomine ici. Entre nostalgie et vain espoir, ce sentiment est celui qui habite Shiki depuis le combat contre Roa. Calme et posé, le récit suit son héros au plus près. En s’attachant à ses jours désormais tranquilles, il nous permet de nous imprégner de son quotidien et de nous faire ressentir sa tristesse. Celle-ci prend un relief tout particulier dans cet ordinaire routinier, qui laisse au jeune homme tout le loisir de repenser à sa bien-aimée et à ce qu’il a vécu avec elle.

C’est une constante dans Tsukihime et elle se confirme une nouvelle fois : aussi surnaturel soit le récit, les sentiments qu’il véhicule apparaissent authentiques et parlants. Ils sont ceux que tout un chacun peut ressentir dans des circonstances similaires. Ainsi, la détresse de Shiki est celle de tout amoureux après une séparation, ce qui ne la rend que plus touchante. Par leur grande justesse dans la romance, les personnages donnent corps à cette belle histoire d’amour et nous permettent de nous projeter en elle. Cruelle et incertaine, celle-ci se sera donc surtout constamment montrée universelle. Grâce à cela, depuis le début du manga, la relation entre Arcueid et Shiki a su retenir notre attention, nous faire chavirer et nous accrocher au récit. C’est de manière logique qu’elle se place au cœur de ce dénouement émouvant, dernier hommage à nos deux héros, qui nous fait espérer jusqu’au bout une heureuse issue.

S’il est le principal intérêt de ce dixième volume, l’épilogue de Tsukihime n’en occupe pourtant que la première moitié, la seconde étant consacrée à divers bonus humoristiques (à l’intérêt limité) et à deux histoires courtes prolongeant le dénouement du manga. Ces dernières, qui se situent plusieurs années après la fin de Tsukihime, ne manquent pas de saveur, ni d’intérêt. Elles amènent une autre couleur à la conclusion du titre. Leur clarté toute relative en agacera peut-être certains. Pas moi, car elle permet de laisser place à l’interprétation.

Unique ingrédient de ce final doux-amer, l’histoire d’amour entre Arcueid et Shiki aura été, de bout en bout, le grand atout d’une série qui n’en manque pourtant pas. Son intrigue prenante, et plus audacieuse qu’il n’y paraît, et ses multiples zones d’ombre en forme d’énigme auront effectivement su contrebalancer le classicisme du fond et de la forme et rendre le titre on ne peut plus addictif. Au final, le simple divertissement s’est transformé en une série attachante, dont je garderai un bon souvenir et que j’aurai grand plaisir à retrouver le temps d’une relecture.

Ajouter un commentaire