Mang'Impressions : Chroniques de lectures de mangas

Bakuon Rettô – Tome 11

Ecrit par David le 18 février 2011
Bakuon Rettô - Tome 11

Bakuon Rettô - Tome 11

La fin à suspense du tome 10 de Bakuon Rettô annonçait une suite mouvementée et dangereuse pour Takashi. Bien malgré eux, les Zeros et lui avaient effectivement suscité la colère de yakuzas aussi violents que rancuniers, ces derniers ayant de surcroît mis la main sur Shinji, un des amis proches de notre héros. Ce onzième volume du manga de Tsutomu Takahashi vient répondre à notre attente en résolvant cette situation délicate.

Se tenant toujours éloigné du sensationnalisme et des grands effets spectaculaires, le mangaka clôt cet épisode rapidement, et sans effusion de sang. Cette fois-ci, ce ne sont pas les poings qui parlent, mais bien les mots, à travers un exercice de diplomatie entre bandes. Pour l’occasion, le lecteur et Takashi en découvrent un peu plus sur les coulisses de cet univers et auront bien des raisons d’être révoltés. Le tableau est loin d’être idyllique, surtout pour un idéaliste tenant dur comme fer à certaines valeurs tel que notre personnage principal. Le décalage est énorme entre Takashi, naïf et bouillonnant de colère, et les grands pontes qui parlementent calmement sous ses yeux. Pour une fois, on sent notre héros dépassé par les enjeux, ce qui est l’occasion d’une leçon d’humilité pour lui. Tendu et prenant, ce passage se distingue par son réalisme, qui tient autant au cachet apporté par le vécu de l’auteur, qu’à une mise en scène remarquable. Les jeux de regards et d’intimidation sont bien rendus et l’omniprésence de détails saisissants donne du corps à la situation décrite.

Dans sa deuxième moitié, ce tome de Bakuon Rettô revient à des choses plus ordinaires. Alors que le calme est revenu, on suit le quotidien de Takashi et de ses amis proches. Délaissée depuis quelque temps, la romance fait son retour par l’intermédiaire de Kimiko et de Bondo. On assiste également à l’apparition d’un nouveau second rôle. Dans un cas comme dans l’autre, Tsutomu Takahashi nous dépeint des personnages plus vrais que nature, évite la surenchère et rend ces tranches de vie aussi parlantes qu’intéressantes. Enfin, l’évocation d’événements réels et la réaction qu’ils provoquent chez nos héros ancrent un peu plus le récit dans son époque et accentuent sa crédibilité.

Pas de grand bouleversement pour Bakuon Rettô qui poursuit donc sa route sereinement. Au fil des volumes, les personnages s’épaississent et, malgré leurs défauts, nous deviennent peu à peu sympathiques. Dans ces conditions, on ne peut qu’accrocher à un récit réaliste et tendu, qui colle au plus près du quotidien de ses héros. Alors que, pour chacun, vient le moment de s’interroger sur son avenir, celui de Takashi reste plus incertain que jamais. Quelle sera la prochaine étape de son parcours ? Nous le découvrirons le 3 juin 2011, jour de la sortie du volume 12 de Bakuon Rettô en France.

Ajouter un commentaire