Mang'Impressions : Chroniques de lectures de mangas

Fullmetal Alchemist – Tome 25

Ecrit par David le 16 janvier 2011
Fullmetal Alchemist - Tome 25

Fullmetal Alchemist - Tome 25

Avec son scénario solide, ses retournements de situations et ses personnages hauts en couleur, Fullmetal Alchemist s’est très rapidement révélé être un manga éminemment passionnant. Il profitait notamment du talent de Hiromu Arakawa pour placer ses personnages tels des pions sur un échiquier, mettre en place des situations tendues et amener de brusques accélérations dans son récit. Pour les avoir expérimentées à de nombreuses reprises par le passé, on connaissait donc parfaitement les qualités de l’œuvre.

Pourtant, dans sa dernière ligne droite, Fullmetal Alchemist se paye le luxe de faire encore mieux. Plus survolté que jamais, le titre jouit d’un rythme élevé qui ne faiblit pas depuis l’entame de son final, il y a trois volumes. Et ce n’est pas ce vingt-cinquième tome qui va démentir cette impression, bien au contraire. Tout est là pour captiver le lecteur : de multiples affrontements se déroulant simultanément, les interventions de tous les personnages emblématiques de la série, et surtout la tension et l’incertitude ambiantes qui rendent le récit on ne peut plus imprévisible. La suite des événements est d’autant plus difficile à deviner que l’adversité, obstinée et pleine de ressources insoupçonnées, est de taille pour nos héros, qui ne s’en laissent pas compter et ont eux aussi des arguments à faire valoir.

De plus, ce nouveau tome constitue un nouveau pas déterminant vers la conclusion de Fullmetal Alchemist. Les nombreux points chauds de l’intrigue se rassemblent peu à peu pour mettre en place le théâtre du grand final attendu. Une nouvelle fois, on sent tout le soin avec lequel Hiromu Arakawa a préparé son dénouement. Elle déroule effectivement son récit avec talent, fluidité et cohérence, ce qui ne l’empêche pas de nous réserver ce qu’il faut de surprises et de coups de théâtre. Dans le même temps, l’émotion est également au rendez-vous avec les adieux présents ou annoncés à des personnages forts de l’œuvre. Malgré le rythme rapide du récit, la mangaka prend d’ailleurs le temps nécessaire pour rendre un vibrant hommage à ces protagonistes et nous offrir des scènes touchantes.

A deux volumes de la fin, difficile de prévoir les prochains rebondissements de Fullmetal Alchemist, surtout que le mystère demeure quant aux intentions adverses. A l’issue de ce nouveau tome palpitant, on n’a donc qu’une seule hâte : celle de vite lire le vingt-sixième et avant-dernier opus du manga. Celui-ci sortira en France au mois d’avril. Personne n’en doutait, mais, avec une telle montée en puissance pour son dénouement, Fullmetal Alchemist confirme une nouvelle fois son statut d’incontournable. Une lecture de tout premier ordre que je ne peux que vivement recommander à ceux qui ne connaîtraient pas encore l’œuvre de Hiromu Arakawa.

Ajouter un commentaire