Mang'Impressions : Chroniques de lectures de mangas

2010 : Retour sur une année de lectures de mangas

En période de fin d’année, l’heure est souvent aux bilans en tous genres. Comme je l’ai déjà fait fin 2009, j’ai de nouveau décidé de me prêter à cet exercice par le biais de ce petit récapitulatif. Tout en subjectivité, je vous y livre comment j’ai vécu le manga en 2010, c’est-à-dire la vision toute personnelle d’un lecteur français lambda s’intéressant de près à ce secteur éditorial. Une sorte de condensé d’une année faite de lectures diverses, que vous avez pu suivre au fil des mois et des chroniques sur Mang’Impressions.

Ma sélection de l’année

Un clic sur la couverture vous permet d’accéder aux chroniques des titres traités sur le blog.

Des nouveautés enthousiasmantes

L'Âge de Déraison Cloth Road L'Île de Hôzuki Koko My Girl Pluto Puzzle Rainbow Shi Ki

Des valeurs toujours sûres

Séries à parution dite régulière (au moins 3 sorties en 2010)

Bakuon Rettô Bamboo Blade Naru Taru Vagabond Vinland Saga

Séries à parution irrégulière

7 Seeds Blessures Nocturnes C'était Nous Dorohedoro Un Drôle de Père Fullmetal Alchemist Giga Tokyo Toybox Gunslinger Girl L'Habitant de l'Infini Hunter X Hunter Real World Embryo Yotsuba & !

Une fin inoubliable

Beck

Des espoirs pour 2011

Amanchu ! Un Coin de Ciel Bleu La Déchéance d'un Homme Girl Friends K-on ! Litchi Hikari Club A Lollypop or a Bullet Soil Les Vacances de Jésus et de Bouddha

Le bilan par éditeur

Les éditeurs apparaissent ici classés en fonction du nombre d’œuvres lues en 2010 et espérées pour 2011 chez chacun d’eux.

Dans la liste des titres des éditeurs, ce que j’ai appelé « découverte » concerne les mangas sortis avant 2010, mais seulement lus cette année.

Kana

  • Nouveautés : Gente, Pluto, Le Voyage de Kuro
  • One-shot : Ristorante Paradiso
  • Fins : Gente, Papa told me, Le Voyage de Kuro
  • Suites : Bakuon Rettô, Hunter X Hunter, Real
  • Découvertes : Goyô, Lorsque nous vivions ensemble, Mushishi
  • Série en cours sans sortie en 2010 : Agharta

Kana est un éditeur dont je surveille de près les nouvelles parutions, principalement dans ses collections Big, Made In et, dans une moindre mesure, Shôjô. Par le passé, il m’a effectivement offert d’agréables surprises avec des titres méconnus, mais de grande valeur. Il en a été de même cette année et c’est de nouveau dans ces collections (Shôjô excepté) que j’ai sélectionné mes lectures. Mention spéciale à Natsume Ono, auteure que j’ai découverte cette année avec Goyô, Ristorante Paradiso et Gente, trois titres qui m’ont beaucoup plu.

Si les choix de titres de Kana font souvent mon bonheur, il n’en va pas de même de la qualité de leurs ouvrages, qui souffrent ponctuellement d’une impression et d’une adaptation discutables. Une fausse note pour cet éditeur qui, comme en 2009, est malgré tout celui chez lequel j’ai lu le plus d’œuvres cette année. Il profite notamment des suites de Real, Bakuon Rettô et Hunter X Hunter, trois valeurs sûres qui poursuivent leur chemin sans décevoir, rejoints en 2010 par l’excellent Pluto.

Delcourt

  • Nouveauté : Puzzle
  • One-shots : Le dernier été de mon enfance, Je ne suis pas mort 2, L’œil du loup
  • Fin : Beck
  • Suites : Un drôle de père, Les mystères de Taisho
  • Découvertes : Ki-itchi !!, Mes Voisins les Yamada
  • Séries en cours sans sortie en 2010 : Nana, Sing « Yesterday » For Me

A l’instar de Kana, Delcourt est un éditeur au catalogue séduisant. Même si je ne me laisse pas tenter si souvent que cela, chaque manga donne l’impression d’avoir été soigneusement choisi et d’être publié pour de bonnes raisons. En outre, l’éditeur réussit fort bien à vendre ses titres (notamment par le biais des annonces alléchantes contenues dans ses newsletters). Pour ne rien gâcher, et à la différence de Kana, la qualité d’édition des mangas publiés par Delcourt me semble tout à fait satisfaisante.

En dehors de quelques one-shots, une seule nouveauté pour ma part chez cet éditeur, mais quelle nouveauté ! Puzzle est tout simplement ma meilleure pioche de l’année, et un condensé d’émotions que je retrouve à chaque fois avec plaisir. Du côté des séries en cours, Un Drôle de Père demeure un rendez-vous très attendu et toujours à la hauteur. Je signale également la fin grandiose de Beck, un titre que j’ai suivi avec passion pendant des années.

Pour 2011, aucun titre n’a pour le moment attiré mon attention chez Delcourt. J’espérais aussi le retour d’un de mes immenses coups de cœur, Sing « Yesterday » For Me, mais il semble qu’il faudra patienter jusqu’à début 2012 pour cela. Cela n’empêche pas l’éditeur d’avoir dans son catalogue quelques mangas plutôt attractifs (A fleur de peau, Simple comme l’amour, Syndrome 1866, Twinkle Stars, Une sacrée mamie). De futures heureuses découvertes en perspective.

Kazé Manga / Asuka

  • Nouveautés : Cloth Road, Freesia, My Girl, Rainbow, Shi Ki
  • Fin : Fool on the Rock
  • Suites : Bokurano, Gunslinger Girl, World Embryo
  • Espoir 2011 : K-on !

Cette année, Kazé Manga a pris la relève d’Asuka. Très actif, l’éditeur a fortement développé son catalogue en proposant des titres diversifiés et intéressants. La plupart d’entre eux ont au minimum suscité ma curiosité, me poussant très souvent à m’attarder sur leur contenu. Quant à ceux pour lesquels j’ai craqué, tous ont été des coups de cœur (avec une petite réserve pour Freesia). De plus, la fabrication des ouvrages de l’éditeur témoigne d’un sérieux et d’un soin évidents qui font plaisir.

En termes de nouveautés, Kazé Manga est très certainement mon éditeur de l’année 2010. Avec Rainbow, Shi Ki, Cloth Road et My Girl, il m’a effectivement offert quatre mangas qui m’ont fait très forte impression. A ceux-ci, il faut ajouter les séries en cours, reprises d’Asuka. Celles-ci, l’excellent Gunslinger Girl en tête, sont très loin de démériter. Malgré leur rareté, elles constituent toujours des rendez-vous incontournables.

Glénat

  • One-shot : Koko
  • Suite : Naru Taru
  • Séries en cours sans sortie en 2010 : Berserk, Gunnm Last Order, Gunsmith Cats Burst, Nausicaä
  • Espoir 2011 : A Lollypop or a Bullet

Malgré des publications plutôt variées, Glénat ne m’a pas beaucoup séduit cette année. De manière générale, ce n’est d’ailleurs pas l’éditeur dont je me sens le plus proche, ni celui pour lequel je serais enclin à me laisser facilement tenter par un titre. Il n’en reste pas moins que je n’ai rien à redire sur la qualité de leurs ouvrages, ce qui est toujours un point appréciable.

Ma nouveauté de l’année chez Glénat a constitué d’heureuses retrouvailles avec Fumiyo Kouno. Avec Koko, celle-ci m’a offert un nouveau titre chaleureux comme elle sait si bien les faire. De son côté, Naru Taru s’est poursuivi avec régularité. C’est un manga pour lequel je conserve tout mon enthousiasme et dont j’attends à chaque fois la suite avec impatience.

Pour 2011, outre l’espoir cité (pour lequel je ne suis pas encore tout à fait décidé), je retiens surtout les retours de nombre de mangas qui sont restés aux abonnés absents cette année. Les prochains volumes de Berserk, Gunsmith Cats Burst, Gunnm Last Order et Nausicaä sont autant de sorties attendues qui devraient faire de 2011 une meilleure année pour Glénat de mon côté.

Ki-oon

  • Nouveauté : L’Île de Hôzuki
  • Fins : Doubt, L’Île de Hôzuki
  • Suites : Bamboo Blade, Tsukihime
  • Espoir 2011 : Amanchu !
  • Abandons : Jusqu’à ce que la mort nous sépare, Ubel Blatt

Depuis quelques années, Ki-oon est un de mes éditeurs phares. Cela s’explique par des choix de titres souvent judicieux et intrigants, ainsi que par des éditions irréprochables. En 2010, cela a moins été le cas. Si la qualité de fabrication reste heureusement constante, les mangas publiés, eux, m’ont en grande partie indifféré, ne réussissant jamais à me donner l’envie de m’y intéresser plus que cela. Il faut également ajouter une baisse d’intérêt de ma part pour certains anciens titres de l’éditeur.

Malgré tout, Ki-oon a su tirer son épingle du jeu cette année. Je me suis ainsi laissé tenter par L’Île de Hôzuki. Un très bon choix pour ce thriller horrifique à l’ambiance et à l’intrigue très prenantes. Du côté des séries en cours, Bamboo Blade ne faiblit pas et m’apporte bonne humeur et enthousiasme tous les deux ou trois mois. Enfin, je salue le retour de Tsukihime, dont le mélange romance/action/mystère fonctionne toujours à merveille.

Kurokawa

  • Suites : Fullmetal Alchemist, Les Petites Fraises, Vinland Saga, Yotsuba & !
  • Espoir 2011 : Les Vacances de Jésus et de Bouddha

Grâce à ses mangas choisis et édités avec le plus grand soin, Kurokawa est un éditeur que j’apprécie. Pourtant, je dois bien reconnaître que je ne suis pas leur cible privilégiée, tant l’essentiel de leurs nouvelles parutions ne m’ont pas du tout parlé cette année.

Si l’éditeur a existé chez moi en 2010, il le doit uniquement aux séries déjà en cours qui se sont poursuivies pour mon plus grand plaisir. Toutes sont des valeurs sûres qui contribuent à l’opinion favorable que j’ai de Kurokawa.

Pour changer, en 2011, je laisserais sa chance à une nouveauté, l’étonnant et prometteur Les Vacances de Jésus et de Bouddha.

Sakka

  • One-shot : L’âge de déraison
  • Suite : L’habitant de l’infini
  • Découverte : Blessures Nocturnes
  • Espoir 2011 : La déchéance d’un homme

Entre un travail d’édition de qualité et des titres originaux et plein de personnalité, Sakka est un des éditeurs que j’affectionne. Je m’attarde sur chacune de leurs sorties (sans toutefois franchir systématiquement le pas), surtout quand celles-ci concernent un mangaka que j’apprécie, comme Usamaru Furuya.

Celui-ci est l’auteur de mon unique nouveauté de l’année, l’excellent L’Âge de Déraison. Il est également celui de mon espoir pour 2011. De son côté, L’Habitant de l’Infini demeure un titre franchement captivant. Il s’est vu rejoindre dans mes séries en cours chez Sakka par Blessures Nocturnes, une heureuse découverte pleine d’émotions et d’humanité.

Pika Edition

  • Nouveauté : Maiwai
  • One-shot : Le nouvel Angyo Onshi Les origines
  • Suites : 7 Seeds, MPD Psycho
  • Abandons : Fate Stay Night, Ga-rei

Il fut un temps où Pika Edition était un éditeur que je suivais avec assiduité. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Leur catalogue, touche-à-tout, me fait un peu le même effet que celui de Glénat. De la variété, mais finalement assez peu de titres attractifs, voire une impression générale, peut-être erronée, de médiocrité. Pour ne rien arranger, l’éditeur publie une grande quantité de titres dont le manque de popularité conduit à des rythmes de sortie de plus en plus chaotiques. Même si on peut comprendre les raisons de l’espacement des parutions, cela n’aide pas à entretenir un sentiment positif vis à vis de Pika Edition.

C’est regrettable, d’autant que l’éditeur dispose de titres de grande qualité. Malheureusement, ceux qui me tiennent le plus à cœur (7 Seeds, ainsi que Kekkaishi, Alive Last Evolution et Nodame Cantabile que je lis, sans toutefois les acheter) souffrent tous de leur peu de succès. J’espère que le récent et très bon Maiwai aura plus de chance et pourra garder un rythme de publication régulier. L’éditeur semble en tout cas avoir pris ses précautions avec un rythme de sortie trimestriel et un prix plutôt élevé.

Doki Doki

  • Nouveauté : 7 Milliards d’Aiguilles
  • Fin : 7 Milliards d’Aiguilles
  • Suite : Giga Tokyo Toybox
  • Espoir 2011 : Un Coin de Ciel Bleu

Dans mon esprit, Doki Doki est un peu dans le même cas de figure que Kurokawa, celui d’un éditeur sympathique qui se distingue par le sérieux de son travail et par les excellentes lectures qu’il m’a offertes par le passé. Tout comme Kurokawa, celui-ci est toutefois resté en retrait cette année car ses nouvelles publications ne me semblent pas destinées.

Cela ne m’a pas empêché de lire et d’apprécier le surprenant 7 Milliards d’Aiguilles. De son côté, Giga Tokyo Toybox reste un titre qui me parle énormément et que je suis donc avec le plus grand intérêt.

Soleil Manga

  • Nouveauté : Le Coffre aux Esprits
  • Suites : C’était Nous, Dorohedoro
  • Abandon : Higanjima

Sauf rares exceptions, le catalogue de Soleil Manga vise un lectorat très ciblé dont je ne fais pas partie. De ce fait, cet éditeur est de nouveau resté discret dans mes lectures de 2010.

Malgré tout, il dispose de deux titres qui ont su me séduire au plus haut point. C’est donc avec un plaisir non feint que j’ai retrouvé Dorohedoro et C’était Nous cette année. Du côté des nouveautés, je me suis laissé tenter par le Coffre aux Esprits, un des rares titres du catalogue de Soleil Manga qui a éveillé mon intérêt. Un choix malheureux car, après un premier tome prometteur, les deux suivants m’ont grandement déçu.

Tonkam

  • Fins : Asatte Dance, I’s
  • Suite : Vagabond
  • Abandon : Zetman

A l’image de Glénat et de Pika Edition, Tonkam est un éditeur plutôt généraliste dont les mangas ne m’inspirent pas plus que ça, malgré leur diversité. Je ne sais pas si c’est une question de confiance, d’habitude ou si ses choix ne me correspondent tout simplement pas.

Il en résulte une nouvelle petite année pour moi chez Tonkam, avec pour seuls titres notables les fins d’Asatte Dance et d’I’s, ainsi que la suite de Vagabond.

Panini Manga

  • Nouveauté : Happy !
  • Fin : Tokyo Magnitude 8
  • Suite : Sidooh

Comme Soleil Manga, Panini Manga s’adresse à un public spécifique qui n’a visiblement pas les mêmes attentes que moi. L’histoire pourrait s’arrêter là si l’éditeur ne se signalait pas par des éditions de qualité médiocre, et surtout par la publication erratique de nombre de ses titres. Panini Manga n’est pas le seul éditeur à pratiquer cela, mais il a tellement généralisé les interruptions de séries en s’abstenant de tout effort de communication qu’il est difficile de l’apprécier.

Toutefois, je ne pratique pas le boycott, et ce, pour une bonne raison. Il arrive à Panini Manga de publier de bons mangas et je succombe souvent à la tentation d’une lecture de qualité. Cette année, cela aura uniquement concerné Happy !, nouveau rendez-vous régulier et divertissant. A part ce titre, je n’ai pas lu grand chose chez cet éditeur.

Je signale juste la fin de Tokyo Magnitude 8 et le retour inespéré de Sidooh. C’est une forme de miracle pour ces deux titres maltraités par Panini Manga, malgré leur qualité. Heureusement, le premier a pu s’achever et n’aura plus à connaître ce genre de tourments. Pour Sidooh, en prenant en compte le nombre de volumes restants à publier (16), il est à peu près certain que l’on n’en verra jamais la fin. Quel gâchis…

Taïfu Comics

  • Suite : Kyoko Karasuma
  • Espoir 2011 : Girl Friends

En 2010, comme c’était déjà le cas en 2009, Taïfu Comics ne s’est clairement pas adressé à moi. Ainsi, la totalité de leurs nouvelles publications me sont restés parfaitement étrangères. Si l’éditeur figure dans ce petit bilan, il ne le doit qu’à mon volume annuel de Kyoko Karasuma. Un divertissement on ne peut plus efficace que j’ai grand plaisir à retrouver chaque année.

Une fois n’est pas coutume, une de leurs annonces pour 2011 a cependant réussi à éveiller ma curiosité : le manga Girl Friends. J’y jetterai donc un œil attentif, avant de décider ou non de me laisser tenter.

Les autres éditeurs (Ankama, IMHO, Kankô)

  • Découverte : La Forêt de Miyori
  • Espoirs 2011 : Litchi Hikari Club, Soil

Pas vraiment d’activité suivie pour moi chez ces différents éditeurs (dont l’un est d’ailleurs disparu et l’autre ne débutera la publication de mangas que l’année prochaine), mais une excellente découverte et deux titres à suivre de près en 2011 à signaler.

Le mot de la fin

Pas de surprise pour ceux qui suivent Mang’Impressions régulièrement : 2010 a été pour moi une excellente année en termes de lectures de mangas. Par leur nombre (sans compter les volumes passés sous silence) et leur ton globalement positif, mes avis illustrent parfaitement cet état de fait. En plus des suites de titres qui, en bonnes valeurs sûres, ne déçoivent jamais, les nouveautés sur lesquelles j’ai misé m’ont presque toutes comblé, et même au-delà de mes espérances pour certaines d’entre elles.

Je n’ai pas de chiffres précis en tête (attendons le bilan annuel du site Mangaverse pour cela), mais cette année m’a de nouveau laissée l’impression d’un flot ininterrompu de nouveaux mangas. Impossible de s’attarder sur chacun des titres pour faire son choix à tête reposée. Toutefois, malgré cette quantité de parutions, je n’ai pas eu trop de mal à choisir mes lectures, ni eu le sentiment de faire des sacrifices. En effet, mes goûts semblent différer de ceux du grand public, ce qui ne fait pas de moi une cible privilégiée et choyée par les éditeurs. Heureusement, ceux-ci continuent de publier des titres suffisamment variés pour que, dans la masse, je continue à trouver mon bonheur.

De manière générale, c’est par l’indifférence que j’ai accueilli l’essentiel des nouveaux mangas proposés cette année. Dès mon premier contact avec eux, lors de leur annonce et de la découverte des résumés et des couvertures, je me suis forgé une première opinion et celle-ci leur a rarement été favorable. Beaucoup d’œuvres m’ont ainsi laissé un sentiment de redondance, partagé entre les poncifs accumulés par leur synopsis et un dessin sans saveur, ni personnalité. Plus simplement, disons que je ne corresponds pas (ou plus) au lecteur type que visent les éditeurs.

Parmi la masse de titres, que j’oublie sitôt après avoir pris connaissance de leur existence, les quelques œuvres potentiellement intéressantes n’en ressortent que davantage, comme des évidences. La méthode de sélection est toujours la même pour moi : le scénario et les couvertures suffisent à éveiller ma curiosité et mon intérêt. Les thématiques abordées, l’originalité et un dessin séduisant restent ainsi mes principaux critères de choix. A ceux-ci, il faut évidemment ajouter l’auteur (un nouveau Inio Asano ou Kei Toume – entre autres –, ça ne se refuse pas) et, dans une moindre mesure, l’éditeur (disons que certains inspirent davantage la confiance que d’autres). Enfin, la lecture d’avis, que ce soit dans un magazine ou sur Internet, a aussi son importance. Elle peut me faire changer d’opinion sur un titre ou m’en faire découvrir un autre.

En 2010, cette manière de procéder ne m’aura pas fait défaut : du bon, du très bon et une unique déception parmi mes nouveaux mangas de l’année. C’est tant mieux et c’est évidemment le but recherché. Toutefois, tout n’est pas parfait pour autant. Si les titres choisis le sont souvent à bon escient, cela ne m’empêche pas de passer à côté de certaines œuvres. Parfois, j’en prends vite conscience (à force de lire des avis élogieux par exemple), parfois non. De plus, en triant les nouveautés ainsi, il est évident que j’ai tendance à rester cantonné dans des registres toujours un peu similaires. Cela limite la prise de risque, mais également les heureuses surprises. Quoi qu’il en soit, mes espoirs de 2011, que vous avez pu découvrir ci-dessus, ont été sélectionnés de la même façon. J’avoue tout de même que, si certains me paraissent indiscutables, d’autres me laissent encore dubitatif. Je trancherai à la lecture des premiers retours de lecteurs, ou sur un coup de tête comme cela m’arrive parfois.

En dehors des nouveautés, si 2010 a été une excellente année en termes de mangas, c’est aussi en grande partie grâce aux séries en cours. Je les ai toutes poursuivies avec bonheur, sans qu’aucune d’elles ne faiblisse jamais. Cette constance dans la qualité fait évidemment plaisir et donne l’assurance que chaque rendez-vous avec un de ces titres sera une réussite. On l’attend à chaque fois avec d’autant plus d’impatience. A ce propos, la patience du lecteur a d’ailleurs souvent été mise à l’épreuve en 2010. Comme l’année passée, j’ai en effet remarqué une forte diminution du nombre de séries à parution régulière, ainsi que des délais de sortie qui s’espacent de plus en plus. En plus des cas classiques des titres pour lesquels la parution japonaise a été rattrapée et de ceux en manque de succès, 2010 a vu le rythme trimestriel prendre une place plus importante (au moins pour les mangas que je suis). Kazé Manga est un des éditeurs qui l’emploie le plus et, ma foi, je n’y trouve rien à redire.

Ma satisfaction sur les séries en cours n’aurait évidemment pas été la même sans un petit écrémage. Outre quelques choix de lecture malheureux, il y avait un certain nombre de mangas que je lisais plus par habitude que par envie. J’ai donc décidé d’être sans pitié et d’arrêter les frais avec eux. Il est évident que certains n’approuveront pas mes choix, mais c’est sans regret que j’ai poursuivi le ménage entamé l’année passée. Au programme : arrêt et revente des mangas les plus décevants, de ceux pour lesquels je ne vibrais plus. Le but reste le même : resserrer ma collection sur les titres qui me tiennent réellement à cœur et garder de la place (physique, mais aussi en termes de volume d’achat) pour des œuvres qui en valent réellement la peine.

Entre un volume de lectures assez important et des occupations personnelles peut-être plus prenantes que par le passé, 2010 m’a finalement laissé assez peu de temps libre. De ce fait, j’ai rarement eu l’occasion de me pencher sur d’anciens titres laissés de côté. Mes découvertes de l’année ont donc été peu nombreuses. Il y en a tout de même eu et je suis ressorti enthousiaste de chacune d’elles. Néanmoins, ma liste de mangas à lire reste importante et continue de s’allonger peu à peu (il arrive aussi qu’elle raccourcisse, quand une série ne confirme pas ses débuts prometteurs par exemple). Je la garde de côté, tel un réservoir de lectures pour les périodes de vaches maigres (ou si les nouveautés des éditeurs devaient ne plus du tout m’intéresser).

Pour conclure, parlons un peu de 2011. A mon échelle, je ne pense pas que l’année à venir sera très différente de 2010. Entre mes séries en cours et les quelques nouveautés déjà remarquées, elle s’annonce en tout cas sous les mêmes auspices. Je continuerai également de suivre avec une pointe d’anxiété les parutions de titres en manque de succès. Pour le moment, tous réussissent à se poursuivre, au prix d’un rythme de publication famélique, mais leur situation semble précaire. Je me réjouis donc de chacune de leurs nouvelles sorties, d’autant que tous sont des mangas que j’apprécie tout particulièrement.

En guise de mot de la fin, je formule le même espoir que l’année passée : celui du retour d’Inio Asano en France. Voici un auteur qui m’a fait très forte impression par les différents titres que j’ai pu lire de lui, Solanin en tête. Je ne cracherais pas non plus sur la publication d’autres œuvres de Kei Toume.

7 commentaires

Ginie

Le 29 décembre 2010 à 1 h 25 min

Très bon article et analyse.

De mon côté les éditeurs de l’année seront clairement Kana (l’éditeur que suis le plus assidument) et Kazé qui ont su cette année nous proposer des titres sortant réellement du lot.

Comme toi je pense que 2011 sera dans la lignée de 2010, avec un espoir de voir pointer par chez nous de nouvelles œuvres du grand Asano.

David

Le 29 décembre 2010 à 9 h 19 min

Merci pour le commentaire.

Pour les éditeurs de l’année, nous sommes plutôt d’accord, même si je me rends compte que Delcourt, déjà bien placé, aurait pu avoir une meilleure position (et supplanter Kana) grâce à ses quelques titres que je brûle d’envie de lire. Ce sera certainement pour l’année prochaine.

Rukawa

Le 29 décembre 2010 à 20 h 54 min

et en 2011 tu commences les Gouttes de Dieu ? 🙁

David

Le 30 décembre 2010 à 0 h 20 min

J’avoue que ce titre ne figure pas (encore ?) dans ma liste de « lectures potentielles ». Après, tout est ouvert, je ne demande qu’à être convaincu.

Kameyoko

Le 3 janvier 2011 à 16 h 32 min

Très bel article et détaillé!

En tout cas, choix très éclectique. Je vois que je suis passé à coté de pas mal de titres parce que pas des shonens ou shojo.

Par contre je suis surpris de ne pas trouver certains titres comme Ikigami (aux coté de Vinland Saga) ou Bakuman, l’une des grosses sorties de cette année ou encore Liar Game ou la Cité Saturne.

Pour les éditeurs, je partage la plupart de tes impressions. Clairement cette année Kana et Kazé ont été très actifs avec de belles nouveautés.

Sinon, je me sens clairement plus dans la cible de Kazé, kana, Ki-Oon, ou encore Doki Doki ou Kurokawa que Panini, Taifu, Glenat et autres.

Pour enrevenir au nombre, c’est vrai que suivre l’actualité manga devient très dur. Le nombre de tomes que j’aimerai lire ne fait que croitre et dépasse mes capacités de lecture. ce qui entraine un retard dans mes critiques.

mais j’ai du mal à être plus sélectif.

Par mois, je dois pas être loin de 20 titres que je souhaite lire.

David

Le 3 janvier 2011 à 21 h 22 min

Kameyoko > Merci pour ton commentaire.

Et concernant les quelques titres que tu évoques :

– Ikigami : J’ai lu les premiers volumes. En soi, et objectivement, c’est un excellent manga avec une réalisation de qualité et des histoires généralement très émouvantes. Pourtant, je n’ai pas plus accroché que cela. La faute à un héros guère sympathique, à l’absence de fil conducteur et à des histoires que j’ai trouvées un peu faciles ou caricaturales.

– Bakuman : J’ai hésité, mais les premiers échos ne m’ont pas convaincu. J’avoue également que je me laisse de moins en moins tenter par des shônens.

– La Cité Saturne : Pendant un temps, ce titre se trouvait sur ma liste de lectures potentielles. Mais, comme on en parle assez peu, je l’ai un peu mis de côté, d’autant que les avis lus à gauche à droite ne m’ont pas interpellé plus que ça. Du coup, il n’est pas ma première priorité. A tort ?

– Liar Game : Le concept me tentait assez peu. Mais je vais avoir l’occasion de lire les 4 premiers tomes très prochainement. Je pourrai vérifier si je me suis trompé ou pas à son propos.

Mang'Impressions » Pour bien commencer 2011

Le 9 janvier 2011 à 14 h 49 min

[…] bien commencer 2011 Humeur, Publicité Ecrit par David le 9 janvier 2011 « 2010 : Retour sur une année de lectures de mangas  […]

Ajouter un commentaire