Mang'Impressions : Chroniques de lectures de mangas

Real – Tome 9

Ecrit par David le 18 septembre 2010
Mots-clés : , ,
Real - Tome 9

Real - Tome 9

Le rythme de sortie annuel, bien calé sur la parution japonaise, est toujours de mise pour Real. C’est donc après une absence d’un an que l’on retrouve le manga en France avec la sortie de son neuvième volume. Ici, Takehiko Inoué se focalise principalement sur Nomiya et Takahashi et sur l’évolution de leurs vies. Mis en parallèle, leurs parcours respectifs soulignent l’importance de se fixer des objectifs pour avancer. Effectivement, là où Takahashi stagne, manque de motivation et semble incapable de se projeter vers l’avenir, Nomiya, lui, a enfin abandonné son désœuvrement et ses atermoiements. Aujourd’hui, il a un but et multiplie les efforts pour y parvenir.

Mis en relation avec l’immobilisme de Takahashi, le sursaut de Nomiya ne semble être là que pour mettre en évidence ce qu’il manque à celui-ci et pour le faire réagir. Point d’orgue de ce volume, c’est d’ailleurs une rencontre entre les deux personnages qui mène Takahashi à une prise de conscience. Oui, sa vie n’est pas finie et les efforts qu’il doit fournir pour sa rééducation en valent la peine. Bien sûr, l’existence à laquelle il peut aspirer aujourd’hui est à mille lieues de ce qu’il pouvait attendre avant son accident, mais sera-t-elle moins intéressante pour autant ? Evoluant au gré de ses contacts avec les autres, Takahashi se rapproche peu à peu de cette conclusion et voit son échelle de valeurs et sa manière de voir les choses modifiées. Avec cette prise de conscience pour final, le neuvième tome de Real constitue une avancée cruciale pour le personnage et donne très envie de découvrir la suite de son parcours.

Une nouvelle fois, les tranches de vie que nous offre Takehiko Inoué réussissent à nous toucher grâce à leur extrême justesse. Malgré une thématique difficile, le mangaka a effectivement le bon goût d’éviter de trop en faire, en termes de sensationnalisme, d’émotion ou de rebondissements. Le rythme du récit est à l’avenant. Calme, il colle au quotidien des personnages. On a ainsi l’occasion de partager leurs existences au jour le jour et de les voir évoluer par petites touches, au gré des rencontres et des discussions. Cela permet de mieux les comprendre, eux, leurs états d’âme et leurs dilemmes. Pour ne rien gâcher, l’auteur excelle dans la peinture de personnages toujours plus vrais que nature.

Pour toutes ces raisons, on ne ressort jamais indifférent de la lecture d’un tome de Real. Profondément réaliste, le titre nous fait régulièrement oublier que l’on est en train de lire un manga, tant les personnages que l’on suit sont humains et leurs vies tragiquement ordinaires et saisissantes. Ce neuvième opus ne fait pas exception à la règle et confirme, si besoin était, toutes les qualités de l’œuvre de Takehiko Inoué. Il ne nous rend également que plus impatient de découvrir le prochain volume.

Le rythme de sortie annuel, bien calé sur la parution japonaise, est toujours de mise pour Real. C’est donc après une absence d’un an que l’on retrouve le manga en France avec la sortie de son neuvième volume. Ici, Takehiko Inoué se focalise principalement sur Nomiya et Takahashi et sur l’évolution de leurs vies. Mis en parallèle, leurs parcours respectifs soulignent l’importance de se fixer des objectifs pour avancer. Effectivement, là où Takahashi stagne, manque de motivation et semble incapable de se projeter vers l’avenir, Nomiya, lui, a enfin abandonné son désœuvrement et ses atermoiements. Aujourd’hui, il a un but et multiplie les efforts pour y parvenir.

Mis en relation avec l’immobilisme de Takahashi, le sursaut de Nomiya ne semble être là que pour mettre en évidence ce qu’il manque à celui-ci et pour le faire réagir. Point d’orgue de ce volume, c’est d’ailleurs une rencontre entre les deux personnages qui mène Takahashi à une prise de conscience. Oui, sa vie n’est pas finie et les efforts qu’il doit fournir pour sa rééducation en valent la peine. Bien sûr, l’existence à laquelle il peut aspirer aujourd’hui est à mille lieues de ce qu’il pouvait attendre avant son accident, mais sera-t-elle moins intéressante pour autant ? Evoluant au gré de ses contacts avec les autres, Takahashi se rapproche peu à peu de cette conclusion et voit son échelle de valeurs et sa manière de voir les choses modifiées. Avec cette prise de conscience pour final, le neuvième tome de Real constitue une avancée cruciale pour le personnage et donne très envie de découvrir la suite de son parcours.

Une nouvelle fois, les tranches de vie que nous offre Takehiko Inoué réussissent à nous toucher grâce à leur extrême justesse. Malgré une thématique difficile, le mangaka a effectivement le bon goût d’éviter de trop en faire, en termes de sensationnalisme, d’émotion ou de rebondissements. Le rythme du récit est à l’avenant. Calme, il colle au quotidien des personnages. On a ainsi l’occasion de partager leurs existences au jour le jour et de les voir évoluer par petites touches, au gré des rencontres et des discussions. Cela permet de mieux les comprendre, eux, leurs états d’âme et leurs dilemmes. Pour ne rien gâcher, l’auteur excelle dans la peinture de personnages toujours plus vrais que nature.

Pour toutes ces raisons, on ne ressort jamais indifférent de la lecture d’un tome de Real. Profondément réaliste, le titre nous fait régulièrement oublier que l’on est en train de lire un manga, tant les personnages que l’on suit sont humains et leurs vies tragiquement ordinaires et saisissantes. Ce neuvième opus ne fait pas exception à la règle et confirme, si besoin était, toutes les qualités de l’œuvre de Takehiko Inoué. Il ne nous rend également que plus impatient de découvrir le prochain volume.

Ajouter un commentaire