Mang'Impressions : Chroniques de lectures de mangas

Comment j’ai rencontré Haruhi

Ecrit par David le 17 avril 2010

J’ai rencontré la fameuse Haruhi Suzumiya il y a quelques jours à peine. Je sais, je ne suis pas franchement en avance. On peut même dire que je suis carrément en retard. Effectivement, le personnage est présent dans notre pays depuis un moment maintenant, que ce soit par le biais de son dessin animé, de son manga ou de son roman. Et il avait très rapidement suscité mon intérêt. Pourtant, je n’avais pas encore franchi le pas.

La Mélancolie de Haruhi Suzumiya

C’est depuis son arrivée officielle en France, par l’intermédiaire des DVD édités par Kazé, que La Mélancolie de Haruhi Suzumiya me fait de l’œil. Plusieurs raisons à cela : une réputation d’anime culte, à la mesure d’œuvres telles qu’Evangelion, des illustrations et un character design attractifs, et tout simplement l’intérêt qu’ont éveillé en moi les quelques articles lus par-ci par-là. Si je ne me suis pas procuré la série, ce n’est donc pas par doute sur sa qualité. La raison est plutôt à chercher du côté des tarifs pratiqués son éditeur, les 80 € à 100 € demandés pour l’intégrale (14 épisodes) étant un peu le maximum que je suis prêt à consacrer à une série comptant le double d’épisodes.

La Mélancolie de Haruhi Suzumiya en DVD

La Mélancolie de Haruhi Suzumiya en DVD

Vous l’avez compris, je n’ai toujours pas vu la série animée. Alors, par quel biais ai-je bien pu rencontrer Haruhi ? Par le manga ? Non plus. Par curiosité, et par intérêt pour l’œuvre, c’est pourtant un pas que j’aurais pu franchir, si celui-ci assurait un minimum. Hélas, cela ne semble pas être le cas. Loin d’être concluante, la lecture de quelques pages de celui-ci ne m’a pas laissé une impression brillante. Le manga, publié par Pika Edition, ne paraît pas non plus susciter de bienveillance auprès de ses lecteurs, les avis étant pour le moins mitigés.

La Mélancolie de Haruhi Suzumiya en manga

La Mélancolie de Haruhi Suzumiya en manga

Si je n’ai découvert La Mélancolie de Haruhi Suzumiya ni par la série animée, ni par le manga, c’est donc que je l’ai fait par l’intermédiaire du roman, dont le premier volume est sorti en France l’année dernière. Pour un Français, c’est un moyen original de s’initier à cette œuvre, même s’il faut rappeler qu’au Japon, c’est par là, par la plume de Nagaru Tanigawa, que tout a commencé. C’est d’ailleurs le fait que le roman soit le point de départ du phénomène, ainsi que l’envie d’enfin connaître Haruhi et la curiosité de lire une histoire dans la lignée de ce que je suis plus habitué à lire en images, qui m’ont poussé vers ce format. Et je dois avouer que je ne regrette pas du tout ma lecture.

La Mélancolie de Haruhi Suzumiya en roman

La Mélancolie de Haruhi Suzumiya en roman

Le roman m’a effectivement plu et passionné de bout en bout. Le style d’écriture est simple, direct et étonnamment visuel. L’imagination aidant, j’ai régulièrement eu l’impression de voir les mimiques des personnages et les situations décrites s’animer. De plus, l’histoire s’avère bien pensée et fascine par ses multiples degrés de lecture. Ses personnages, certes stéréotypés, sont aussi hauts en couleur qu’inoubliables, grâce à leurs personnalités bien campées et à leurs répliques percutantes. Caractérielle, impulsive et déprimée par la triste banalité du quotidien, Haruhi sort évidemment du lot et laisse difficilement indifférent. Comme elle, nous sommes tous un peu à la recherche de l’extraordinaire et c’est précisément ce que La Mélancolie de Haruhi Suzumiya m’a apporté, le temps d’une lecture riche en émotions.

Ma lecture du roman me conforte donc largement dans mon envie d’en découvrir davantage sur Haruhi Suzumiya, à commencer par sa série animée. Il ne me paraît pas absurde de penser que cela se produira bientôt, à l’occasion d’une probable réédition des DVD. A l’inverse, l’extrait du manga fourni à la fin de l’ouvrage (le même que celui que j’avais lu précédemment) m’encourage une nouvelle fois à l’éviter, tant il peine à soutenir la comparaison avec le récit de Nagaru Tanigawa. Evidemment, les autres romans consacrés à Haruhi Suzumiya me font également envie, mais il semble que, faute de succès, ce premier volume restera unique en France. Dommage, mais il me reste encore tellement à découvrir autour de ce phénomène (la série animée étant complétée par une deuxième saison et un long-métrage dont j’ai lu le plus grand bien)…

4 commentaires

Lux

Le 17 avril 2010 à 17 h 11 min

Les coffrets collector de la série étaient disponibles à environ 20€ à la FNAC à leur sortie. Maintenant, c’est sûr que c’est plus cher. Reste que 20€ c’est un prix dans la moyenne, il me semble. Un coffret intégrale limité est désormais disponible pour une centaine d’euros, après une vérification rapide sur Amazon. Bon, ce qu’on peut reconnaître c’est que les petits bonus de Kazé ont peine à tenir la comparaison face au coffret américain…
(cf. http://www.zero-sum.fr/wp-other/HaruhiDVD.html )

Tu me rappelles en tous cas que j’ai le roman à lire. Revoir la saison 1 en y incluant les épisodes de la saison 2 fait également partie de mes projets… Et j’attends le film avec impatience. Parce que Yuki, voilà.

David

Le 17 avril 2010 à 19 h 48 min

Aujourd’hui, on trouve assez facilement le coffret intégrale à 80 €. Je trouve encore cela un poil cher (pour environ ce prix, j’ai pu avoir les coffrets collectors de Ghost in the Shell SAC 2nd GIG ou d’Evangelion, ou l’intégrale de Gurren Lagann – que des séries de 26-27 épisodes). En plus, je ne suis pas forcément fan du grand format utilisé pour le coffret. Ceci dit, il n’est pas non plus impossible que je succombe à la tentation mais, là, comme ça, ma préférence irait à un coffret basique, sans fioriture, et un peu moins cher.

Lux

Le 18 avril 2010 à 2 h 17 min

Certes, au même prix, le coffret des 10 ans de Serial Experiments Lain de Dybex est bien plus fourni. Surtout pour une série à succès comme Haruhi, il y avait moyen de faire quelque chose de sympa.

En tous cas, c’est vraiment une série sympathique, surtout pour le fait qu’elle passe d’un truc à un autre, sport, attaque spatiale, science-fiction, fan service…

Mang'Impressions » Le Sanglot des Cigales : élucidez le mystère des meurtres d’Hinamizawa…

Le 6 juin 2010 à 15 h 09 min

[…] concerne l’écriture, il ne s’agit évidemment pas de grande littérature. Toutefois, à l’instar du roman de La Mélancolie de Haruhi Suzumiya, le style simple et très vivant fait mouche (saluons au passage la très bonne tenue de […]

Ajouter un commentaire